Axe de recherche "Dialogue pédagogique et introspection méthodique"

Proposé par Catherine Maillard

Dans « Défense et illustration de l’introspection », publié en 1989, Antoine de la Garanderie écrivait : « Je veux absolument montrer que l’usage de l’introspection appelle le concours des méthodes pratiquées par les spécialistes de la Psychologie Expérimentale »

Les formateurs en Gestion Mentale ont-ils réussi à donner à l’instrument introspectif un statut scientifique susceptible de garantir que la variable individuelle dépendante du profil de celui qui fait passer le dialogue pédagogique soit complètement contrôlée ?

La réponse à cette question n’est pas évidente et nous avons à poursuivre dans le sens de ce que nous demandait Antoine de la Garanderie, à savoir :« définir l’expérience introspective dans son emploi méthodique, en mobilisant toutes les données conceptuelles et instrumentales qui doivent en garantir la légitimité et l’efficacité ».

L’objectif de cet axe de recherche est de « créer des situations de tâches, objectivement déterminables, répétitives à souhait, variables selon des signes faciles à répertorier, extensibles à volonté, toutes conditions favorables à la construction d’expérimentations offrant les garanties les plus sévères » afin que le dialogue pédagogique s’appuie sur des « objets de sens » permettant d’atteindre par l’introspection les « structures de sens » qui leur correspondent.

Il s’agit de tester des exercices sollicitant des structures de sens bien définies et d’établir une corrélation entre le témoignage introspectif et le résultat constaté. Il s’agit de montrer que les témoignages introspectifs obtenus, dans des lieux éloignés, de personnes qui ne se connaissent pas, se recoupent.

Les résultats de cette recherche devraient permettre la pratique d’une introspection méthodique garantissant le caractère objectif du dialogue pédagogique.