Energétique chinoise et Gestion mentale

Rencontre animée par Frédéric Rava-Reny,

formateur en Gestion Mentale, professeur de sciences physiques en collège et lycée et professeur de Taï chi chuan.

 

Cette rencontre a eu lieu samedi 11 juin 2011 à Louveciennes.

La dénomination utilisée par Antoine de La Garanderie de geste mental invite à créer des liens entre domaine corporel (geste) et domaine psychique (mental).

J'ai choisi de poursuivre ce regard croisé en synthétisant des documents comme Anatomie de la pensée et en explorant les deux domaines simultanément, celui de la pensée avec la gestion mentale, celui du corps avec « l'énergétique chinoise ». (Les dénominations de ces disciplines sont malheureuses à mon sens mais j'en respecte l'usage.)

Pourquoi un tel choix ?

Ces deux disciplines utilisent l'introspection pour explorer la conscience : la gestion mentale depuis plus de 30 ans et l'énergétique chinoise depuis plus de 3.000 ans. Chacune décrit un vécu de conscience : du corps pour l'une, avec ses applications médicales (acupuncture, diététique...) ou « martiales », de la pensée pour l'autre, avec ses applications pédagogiques.

Une autre raison du choix de ces disciplines pour corréler corps et pensée est leur description commune de 5 mouvements de bases (les gestes pour l'une et les mouvements ou éléments actants pour l'autre). Est-ce une simple coïncidence ? Ou bien y a-t-il une correspondance ?  Comment établir une correspondance respectant la cohérence des deux modèles ?

Trois ans de recherche, et dix d'interrogations, viennent d'aboutir (le 11/02/2011) à un résultat. Mais nous avons à le vérifier point par point.

Nous avons à revisiter les 5 gestes mentaux avec un éclairage d'une part de l'éventuelle correspondance avec les 5 mouvements de l'énergétique chinoise et un éclairage d'autre part des questions relatives à cette correspondance. Car il ne s'agit pas seulement de savoir lequel des cinq gestes (attention, mémorisation, réflexion, compréhension, imagination) correspond auquel des cinq mouvements (bois, métal, feu, eau, terre) en respectant les propriétés respectives de chacun. Il s'agit aussi que de savoir si les gestes respectent les mêmes propriétés que les mouvements dont voici une liste.

Y a-t-il des relations entre les gestes et si oui, lesquelles ?

S'engendrent-ils mutuellement comme les 5 mouvements de l'énergétique chinoise ?

Se contrôlent-ils mutuellement ? Et de la même façon que les 5 mouvements ?

Se détruisent-ils mutuellement ? S'insultent-ils ? Se tempèrent-ils et comment en vue de résoudre un problème ?

Suivons-nous en dialogue le cycle des nomades, utilisé en thérapeutique chinoise ?

Les gestes mentaux sont-ils en relation avec les vécus de conscience corporels reliés aux cinq mouvements ?

S'organisent-ils comme les huit trigrammes qui découlent des cinq mouvements ? Dans la façon statique et dans la façon dynamique ?

Comment, et dans quelle mesure, retrouve-t-on les notions de perception, d'évocation et de projet dans les 8 trigrammes ?

Comment, et dans quelle mesure, les 64 hexagrammes (ceux du Yi-king, le livre préféré de Confucius), et les 384 situations clés qui en découlent correspondent à nos situations pédagogiques décrites par la gestion mentale ?...

Il ne sera pas question de refaire toute la théorie de la gestion mentale et encore moins celle de l'énergétique chinoise ; il sera question d'illustrer un travail de recherche en montrant comment nous pouvons approfondir nos connaissances avec toujours le souci de respecter les êtres, et comment ce regard neuf nous aide dans notre pratique.

 

Prix : 40 € la journée

Lieu : à 5 minutes de la gare de Louveciennes (Ligne Paris Saint-Lazare - Saint Nom la Bretèche)

Horaires : de 9 h 30 à 17H30.  Le déjeuner sera pris sur place, chacun apportant son pique-nique.

 

Si le thème de cette rencontre vous intéresse, vous pouvez nous le signaler en utilisant la rubrique Contact.

 

Le Centre de Recherche en Gestion Mentale est une association loi 1901 dont le but est de promouvoir les travaux d’Antoine de la Garanderie et de prolonger ses recherches.